Pédagogie et esprit des ateliers de l'Astre en Moi

Le but c'est de rendre accessible et enrichir la déclamation poétique, du jeu de l'écriture et de la parole, à la performance scénique; par une pratique conviviale, vivante et interactive.
En somme, ces ateliers visent à respecter l'étymologie même du mot poésie (action de faire, création de textes) et lui donner une dimension slam dans le partage oral.

Pour cela, nous instaurons une ambiance conviviale en cercle pour favoriser l'écoute. Les premiers jeux sont simples, courts et oralisés histoire que chacun apprivoise sa voix en public. Ensuite les jeux concernent différents outils poétiques (allitérations, alexandrins, jeux de mots, etc...) servant la rythmique orale tout comme la forme écrite.
Les premières déclamations sont courtes (vers simples, quatrains) pour favoriser le coté vivant et rythmé de l'atelier. Puis une fois ces quelques outils acquis, nous passons à la constitution de textes à part entière, seul ou en duo, toujours avec une contrainte particulière sous forme de jeux ou de défis (placer des mots, contrainte orale; etc...)
Vient le premier tour de slam à proprement parler ou tout le monde déclame son texte...
Ensuite, nous travaillons l'oralité du texte sur des contraintes de prononciation, de ponctuation et de corporalisation.
Plus les séances avancent, plus on "slamifie" l'écriture avec des concepts (sur le thème, les sons, etc...) ou des contraintes à tendance oulipienne.

L'aboutissement d'un atelier slam est la prise du micro sur scène (dans ou à l'extérieur de la structure). Pour chaque participant (professeurs ou encadrants compris car on vous fait participer bien sur), ça reste généralement un souvenir tout à fait particulier, qu'on ait fait rire, qu'on se soit mis en colère, qu'on ait touché, qu'on ait fait pleurer, qu'on se soit  révêlé, qu'on ait marmonné ou encore qu'on ait été simplement surpris de ce moment de poésie vivante.

Un slam n'est jamais anodin...

Et déclenche même des vocations comme pour Zentrex, élève de 3ème de Rouillac (16) qui publie ses slams sur internet désormais et que nous diffusons avec l'aimable autorisation de ses parents et de son chef d'établissement.

En illustration, nous vous proposons ce texte de Virginie Mege sur sa définition du Slam dans les classes

tiré de la page 

http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/lettres/francais/pages/2007/88_dossierslam.aspx

Poésie et Slam, même combat
Le Slam constituant l'expression d'une poésie originale, moderne et orale, pourquoi ne pas l'utiliser en classe et faire slamer les élèves ? L'idée est séduisante, encore faut-il savoir ce qu'est le Slam, identifier ce qu'il peut apporter dans le cadre de l'Ecole et imaginer comment on peut réellement l'intégrer dans les cours sans tomber ni dans l'exploitation-prétexte ni dans une démagogie stérile.

Le Slam est un « outil de démocratisation et un art de la performance poétique » explique la Fédération française de Slam Poésie (FFDSP). Il est un « lien entre écriture et performance, encourageant les poètes à se focaliser sur ce qu'ils disent et comment ils le disent ». Au départ, le principe du Slam est simple : après s'être inscrit, le slameur est invité à dire son texte en un temps limité (de trois à cinq minutes selon les scènes) et sans musique. Le public est indulgent et la récompense systématiquement acquise, le slameur se voyant offert un verre par le bar organisateur, quelle que soit la qualité de sa prestation. L'improvisation est permise mais la plupart du temps, le slameur travaille son texte en amont pour le scander avec perfection. Démuni de musique accompagnatrice, le Slam « a cappella » n'en est pas moins rythmé. Dans cette poésie de l'oral, les exploitations des sonorités et le pouvoir des mots sont à l'honneur. De quoi séduire, bien entendu, plus d'un professeur de français en quête d'un moyen de motiver ses élèves pour l'étude de la poésie.

Depuis environ deux ans, le Slam a investi les établissements scolaires, institutionnels et culturels français. Des médiathèques aux IUFM en passant par les bibliothèques, les théâtres, les établissements scolaires et les centres pénitentiaires, on semble le trouver partout. La Direction des Affaires Culturelles de la Mairie de Paris a d'ailleurs favorisé en 2006 les projets de Slam Productions, notamment de nombreux ateliers de Slam et d'écriture en milieu scolaire, au titre de « la culture, de la politique en faveur de l'égalité femmes / hommes et de la politique en faveur de la jeunesse ». Le site du CRDP de l'académie d'Amiens consacre quant à lui une « fiche technique » sur le slam et les expériences pédagogiques se multiplient. On peut s'interroger sur un tel engouement. Qu'apporte donc le Slam ? Pourquoi les écoles, collèges et lycées le plébiscitent tant pour les cours de français ?

Facile d'accès, peu contraignant, le Slam permet une nouvelle approche de la poésie ainsi qu'un travail de l'oral (en production et en réception) pour les élèves de primaire et les 6ème-5ème de collège. « Le slam c’est avant tout une bouche qui donne et des oreilles qui prennent. C’est le moyen le plus facile de partager un texte, donc de partager des émotions et l'envie de jouer avec des mots » précise le slameur Grand Corps Malade dont l'album Midi 20, véritable succès depuis mars 2006, s'est vu récompensé par deux victoires de la musique. Par le truchement du slam, les élèves sont donc invités à surmonter leur inhibition face à l'écriture et à découvrir la poésie.

Outre le côté ludique qui plaît aux plus jeunes, l'écriture slam présente aussi l'intérêt d'une sensibilisation concrète aux sonorités. Un professeur de français en témoigne dans un entretien avec le slameur dit « Vers Saint Rhétorique », de la S.L.A.M (Section Lyonnaise des Amasseurs de Mots) : « Ton intervention de trois heures devant mes élèves a été très bénéfique. Les allitérations, les assonances, les champs lexicaux... leur ont semblé tout à coup beaucoup plus concrets. Ils ont compris ce que signifiait la « musique des mots ». Tes exercices de slam devraient être intégrés aux manuels scolaires. » (1er février 2007). Les slameurs sont conscients de cette reconnaissance et ce même « Vers Saint Rhétorique » déclare : « A nos débuts dans le slam nous étions complètement décriés par les profs de français, entre autres. Ils n’étaient pas les seuls. Et la tendance s’est inversée. Maintenant les profs reprennent certains exercices pour intéresser les élèves à la langue ».

Il est vrai que les slameurs sont désormais régulièrement sollicités par les établissements scolaires. D'une manière générale, pour une intervention, il faut prévoir un slameur pour une dizaine d'élèves, l'atelier d'écriture étant facturé environ 50 euros de l'heure. Dans le cadre d'une scène slam, le budget s'élève à plus de 260 euros. Bien entendu, les prix varient selon les slameurs, les régions et la dimension du projet. Celui-ci reste en effet à définir.

Le Slam, plus qu'un moyen, devient parfois un réel objectif à atteindre. Ainsi certains professeurs n'hésitent pas à inclure le Slam dans une réelle pédagogie de projet. Les classes peuvent par exemple participer à des tournois de grande envergure, notamment au Slam Interscolaire organisé par la FFDSP dans la ville de Bobigny, le dernier en date du 26 au 30 juin 2007 ayant remporté un vif succès.

De façon plus modeste ou du moins dans une optique peut-être plus pragmatique et scolaire, le Slam peut être utilisé en fin de collège ou en lycée pour mieux comprendre la poésie engagée. De Melancholia de Victor Hugo dénonçant le travail des enfants du XIXème siècle industriel aux textes des artistes des banlieues d'aujourd'hui exprimant leur mal-être à coup de mots, il n'y a finalement qu'un pas, que le Slam aidera les élèves à franchir aisément. La visée argumentative demeure, la force de la mise en forme du langage reste omniprésente. Les professeurs peuvent envisager non seulement d'initier les élèves à l'écriture slam mais aussi les inciter à étudier des poèmes dits classiques, en les slamant. Le sempiternel exercice de récitation en prendra un sacré coup de jeune !

En fin de compte, slamer, n'est-ce pas revenir aux sources de la poésie antique ? Les slameurs eux-mêmes se réclament de la lignée littéraire traditionnelle et se considèrent comme de nouveaux poètes engagés. Il n'y a qu'à naviguer sur les sites Slam pour s'en convaincre. « Cocteau Molotov » de « La Tribut du Verbe » (à Lyon) explique par exemple que son pseudonyme est un « pastiche de Raskolnikov » puisé dans Crime et Châtiment. Il se définit comme un « artisan du mot », un « tueur à langages prêt à exécuter tout type de contrat poétique ». Cette même Tribut entend d'ailleurs « faire émerger le slam comme nouvelle discipline artistique. Les mots finissant toujours par sortir de leur définition, le slam devient un styloratoire ». Le slam est alors « un art basé sur des formes d’écritures et de déclamations poétiques renouvelées. Un art de dire en rythme ». Dans une démarche « poétique et scénique » la Tribut souhaite ainsi explorer « la terra incognita du slam, un pays redevenu vierge mais délimité par d’antiques bornes » car « la poésie slam est un croisement, une convergence de sources et de pratiques différentes ».

Pour ces slameurs, « la poésie n’est pas un vieil objet, une antiquité. Elle suit son temps en se déjouant de l’actualité. Elle est « mots-derne » en ce sens qu’elle fait circuler l’énergie des mots. Une énergie renouvelable. ». Le slam est, on le voit, à étudier alors comme mouvement culturel à part entière, au même titre que le romantisme ou le surréalisme. De plus, il ne renie pas ses racines. Poète oral contemporain, héritier de l'Antiquité, le slameur redevient le « fabricateur » de vers qui scande ses mots pour charmer son auditoire. Il y a là matière à réflexion pour les élèves et ceux-ci parviendront sans doute à mieux comprendre ce qui définit la poésie et ses origines.

Au-delà d'un simple phénomène de mode, le Slam est en train de devenir un véritable partenaire des enseignants de la langue française.
Il serait dommage de le nier...
et de s'en priver !